La Justice

La Justice, dont le symbole est la balance, consiste dans la constante et ferme volonté de donner moralement à chacun ce qui lui est universellement dû. Elle est un principe fondamental de l’existence et de la coexistence des hommes, des communautés, des sociétés et des nations. Loin d’être une science théorique, elle est une force de l’esprit, de la volonté et du cœur.
Ainsi que nous l’a transmis le Pape Benoit XVI, dans sa Lettre encyclique Caritas in veritate, « La charité dépasse la justice, parce qu’aimer c’est donner, offrir du mien à l’autre ; mais elle n’existe jamais sans la justice qui amène à donner à l’autre ce qui est sien, c’est-à-dire ce qui lui revient en raison de son être et de son agir. »
Qui aime les autres avec charité est d’abord juste envers eux. Je ne peux pas « donner » à l’autre du mien, sans lui avoir donné tout d’abord ce qui lui revient selon la justice.
« Non seulement la justice n’est pas étrangère, alternative ou parallèle à la charité, mais elle est « inséparable de la charité », elle lui est intrinsèque.      Le Christ nous a laissé le commandement de l’amour du prochain. Ce commandement renferme tout ce qui concerne la justice. Car il ne peut y avoir d’amour sans justice.
« Il est par conséquent nécessaire d’approfondir sans cesse la connaissance de la justice. Nous ne pouvons oublier la parole de Notre-Seigneur : C’est la mesure dont vous vous servez qui servira de mesure pour vous (Mt 7,2).
Homme juste, homme de juste mesure, que nous le soyons tous, que nous ne cessions d’essayer de le devenir ! » (Jean-Paul II)

… pour en savoir plus

Pour vivre la justice

Pour établir plus de justice dans nos relations humaines, il est fondamental d’avoir des relations concrètes avec des exclus, et de réveiller notre compassion.

  • Par exemple, ne pas passer à-côté d’un sans-abri ou d’un mendiant en disant : « J’ai déjà donné… ». Mais le regarder avec son cœur, lui parler, le questionner, voir comment il vit.
  • Dépasser nos satisfactions de bonne conscience, c’est aussi engager une réflexion : pourquoi l’autre est-il dans cette situation ? Cela questionne la municipalité, l’Eglise, le gouvernement…Essayons toujours de remonter à la cause. Cela enclenche déjà une prise de conscience. Et cela peut amener à un engagement plus solidaire.
  • On peut aussi intervenir dans sa paroisse, formuler une intention dans la prière universelle, questionner sa propre prière…

 

PRIERE

Seigneur, envoie-nous des fous qui s’engagent à fond,
Qui aiment autrement qu’en parole,
Qui se donnent pour de vrai et jusqu’au bout. 

Il nous faut des fous, des déraisonnables, des passionnés
Capables de sauter dans l’insécurité…
Il nous faut des fous du présent, épris de vie simple,
Aimant la paix, purs de compromission,
Décidés à ne jamais trahir,
Méprisant leur propre vie,
Capables d’accepter n’importe quelle tâche,
De partir n’importe où,
A la fois libres et obéissants,
Spontanés et tenaces, doux et forts. 

   O Dieu, envoie-nous des fous.